Bonjour à tous , 

Aujourd’hui je vous partage mon expérience et vous parle de la Conisation.

Pour rappel : c'est lors d’une visite chez le gynéco en fin 2020 que suite à un frottis de contrôle on m'a détecté des lésions anormales sur le col de l’utérus : des cellules épithéliales qui, dans mon cas, étaient de haut grade.

En Janvier 2021, j’ai subi une première une conisation pour retirer ces lésions dites (pré- cancéreuses) qui, je le souligne, ne signifie pas

« avoir un cancer » (juste que si l'on ne s’en occupe pas, elles peuvent évoluer en cancer avec le temps) 

Hélas, même après un geste chirurgical, il arrive qu’il reste des lésions cachées et qu’il faille recommencer, c’est ce qu’on m'a annoncé en juin 2022 

(tout a été un peu retardé à cause de mon opération du thorax de novembre 2021) du coup, j’ai refais une conisation le 3 septembre dernier. 

Qu’est ce que la conisation ?

La conisation est une intervention qui consiste à enlever chirurgicalement, une partie du col de l’utérus à cause de la dysplasie correspondant au développement de cellules anormales à la surface du col de l’utérus. 

Vous le savez sûrement, le Papillomavirus se transmet sexuellement dans 90% des cas, l’infection est transitoire et le virus s’élimine spontanément. Dans 10% des cas, l’infection persiste et peut donc entraîner des lésions de la peau et des muqueuses, dont la muqueuse utérine.

Je ne vais pas vous faire un cours et vous donner tous les détails concernant le HPV, je ne suis pas gynéco mais encore une fois peut être que mon expérience pourra vous informer, vous rassurer,  vous aider ….

C’est une intervention qui est effectuée par les voies naturelles.Elle peut se dérouler sous anesthésie loco-régionale, sous péridurale, rachianesthésie, ou sous anesthésie générale. Elle est le plus souvent réalisée en ambulatoire, 

c’est à dire que la patiente peut donc rentrer chez elle quelques heures après la fin de l’intervention.

Pour ma part, les deux fois ça a été fait sous anesthésie générale en ambulatoire.

Au préalable, après le résultat d’une colposcopie, effectuée suite à un frottis dont le résultat indique une recherche plus poussée, 

vous recevez un appel si il y a une nécessité à avoir recours  à une conisation afin de vous diriger vers le chirurgien qui va réaliser l’acte et lors de ce rendez-vous, il/elle va vouloir observer votre col par simple examen gynéco, vous donner des explications de ce qu’il/elle va réaliser,répondre à vos questions et vous avertir des risques même si l’intervention est banale, ça reste une intervention et comme toute intervention le risque « zéro » d’une complication n’existe pas.

Dans le cadre d’une conisation le risque est de saigner en grosse quantité quelques jours après le geste chirurgical et qu’il faille retourner aux urgences voir au bloc si nécéssaire, c’est très très rare mais ça arrive. 

 

Ensuite il y a la consultation d’anesthésie à effectuer où l’anesthésiste prend connaissance de votre dossier, de vos antécédents médicaux ( n’oubliez pas de tout indiquer, d’informer si vous avez des appareils dentaires, des allergies à des traitements etc…).Il prendra connaissance de ce qui est proposé comme « type » d’anesthésie (ce que j’évoquais un peu plus haut) et lui seul validera la décision. 

Toujours selon votre état de santé, et vos antécédents médicaux l’anesthésiste peut décider de refuser l’intervention en ambulatoire et demander à vous garder sous surveillance en hospitalisation 24 à 48H après.

Dans le cadre d’une chirurgie ambulatoire, le/la secrétaire du chirurgien vous délivrera les papiers pour préparer votre admission pour le jour de l’intervention et une ordonnance avec un produit de douche, type Bétadine rouge.

-Vous devez effectuer un test PCR  (antigénique si le schéma vaccinale est complet).

 

La veille de l’intervention, il faut:

-Laver vos cheveux et votre corps avec la bétadine .

-Vous êtes à jeun à partir de minuit, vous avez juste le droit de prendre un traitement avec un peu d’eau si nécéssaire

(en accord au préalable avec l’anesthésiste).

                                                       Le jour J, après avoir fait votre toilette la veille, il faut penser à bien retirer bijoux, vernis à ongles …

 

Le matin, vous reprenez une douche à la Bétadine et vous enfilez vos vêtements pour vous rendre dans le service de chirurgie ambulatoire. 

(Prévoyez bien une personne pour vous accompagner ou pour venir vous chercher), son numéro de téléphone vous sera demandé à votre arrivée.

Une fois à l’hôpital, une infirmière re-check un peu tout, que vous vous êtes bien lavé 2 fois, que vous n’avez pas de bijoux que vous êtes bien à jeun, elle vous redemande si vous avez des allergies, si vous êtes bien à jeun..

Vous allez devoir faire pipi dans un pot pour faire un test de grossesse (obligatoire avant ce geste chirurgical).

Ensuite selon l’accueil du service, vous allez dans un vestiaire ou dans une chambre pour retirer vos vêtements ranger vos effets personnels, enfiler une blouse, une culotte jetable, etc...avant d’aller au bloc.

 Au bloc on vous pose une petite perfusion et une surveillance avant de vous endormir ….

L’intervention est rapide, maximum 40 minutes, en général. Pendant que vous êtes anesthésié, on vous injecte un petit spasfon pour anticiper les douleurs.

Vous vous réveillez en salle de réveil, où on va vous demander si vous n’avez pas de douleurs et contrôler si vous saignez, (pour ma part je n’ai eu aucune douleur les deux fois).

Je sentais mon ventre un peu contracté mais vraiment zéro douleur, je n’ai pas eu besoin de médicaments.

Souvent, le médecin qui vous a opéré ou un interne passe vous voir en salle de réveil pour vous dire comment ça s’est passé et même si à ce moment-là on reste un peu sonné, on comprend le principal ! 

Au bout d’une à deux heures, selon votre réveil, on vous assoit avant de vous conduire en salle ou en chambre pour une petite collation et si tout se passe bien, vous pouvez ressortir après (avec votre accompagnateur).

Vous restez environ 5h max à l’hôpital si tout se passe bien et surtout si vous passez à l’heure ! 

De retour à votre domicile, vous aurez quelques indications à suivre :

Les interdictions habituellement conseillées sont :

- La nécessité de s'abstenir de rapports sexuels, 

- de prendre des bains (baignoires ou piscines),

- pas de tampons périodiques,

- pas de sport physique ou vélo

pendant 3 semaines après l’intervention.

Éviter aussi de partir en voyage du moins à l’étranger car en cas de saignements, il faut avoir un bon hôpital à proximité.)

-Durant les premiers jours qui suivent l’intervention, évitez de trop conduire (attention aux dos d’ânes, secousses, etc). 

-Gardez une protection hygiénique au cas où ...

De mon coté, je n'ai pas du tout saigné à part au 8 ème jour la deuxième fois, j’ai eu un peur sur le coup, ça coulait pas mal puis ça s’est vite calmé.

Je suis restée (au repos) le jour où j’ai saigné.

En général, vous retournez voir votre chirurgien au bout de 3 semaine/un mois après l’intervention, pour vérifier que tout va bien et obtenir les résultats de ce qui a été envoyé en analyse et ensuite vous reprenez votre suivi habituel (voir avec votre gynéco) 

 

C’est un épisode un peu pénible mais pas méchant et surtout indispensable,  il ne faut vraiment pas tarder et ne pas négliger la nécessité de l’intervention …

 

Voilà mon expérience et encore une fois Je veux juste, une fois de plus, attirer l’attention de toutes les femmes pour rappeler à quel point il est hyper important de se surveiller, la première fois que j’en ai parlé sur Instagram , j’avais reçu énormément de témoignages et j’ai pu constater que beaucoup de femmes (de tous âges) négligeaient leur suivi gynéco, alors oui c’est pénible, désagréable, malaisant, décourageant selon les délais de rendez-vous … (pensez aussi à la télé consult).

 

C'est tellement important de rappeler qu'un bon suivi + frottis sont à faire, les problèmes gynécologiques tel que le HPV ( le + fréquent ) non détecté à temps peut entraîner de nombreux cancers, utérus, ORL … 

Chaque année, près de 3000 femmes développent un cancer du col de l’utérus et 1000 femmes en meurent.

Un suivi régulier avec examen gynécologique permet de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer. 

Vaccinées ou non, surveillez vous et si je peux vous donner un avis sur ceux qui préconisent un frottis tous les 5 ans c’est bcp trop tard …

La consult gygy c’est pas seulement pour aller prendre la pilule ou juste pendant une grossesse! 

Concernant Le papilloma virus, le HPV est un peu sujet tabou, je ne vous cache pas qu’au début j’avais un peu honte de parler de ce sujet, je me disais «  les gens vont penser que je suis sale, ou que je fais n’importe quoi … alors que ce n’est pas le cas et que ça n’a rien à voir… »

Il me semble une fois de plus important de rappeler que : 

- Le HPV concerne environ 80% des personnes H/F..

- il ne s’attrape pas uniquement par les rapports séxuels (les lieux publics comme piscines, transports, instituts peuvent être des zones à risques) et dans-

- un simple corps à corps peut transmettre le HPV.

- le virus HPV s’attrape en général très tôt dans la vie sexuelle et les cellules évoluent plus tard dans le temps ou pas... 

-Lorsqu’on est porteur de cellule haut ou bas grade comme moi, ne met pas en danger son partenaire l’homme ne risque rien.

-En plus des filles, désormais les garçons peuvent aussi se faire vacciner à partir de 11ans.

-Il est impossible de savoir d’où vient le papilloma virus ni de quel partenaire il a été contracté... 

Tous les HPV ne donnent pas des cellules dangereuses (dans mon cas, la mucoviscidose et les traitements accentuent l’évolution).

Et puis, n’oublions pas la vaccination contre le papilloma humains ( HPV) qui permet d'éviter les infections graves et éviter les cancers du col de l'utérus ,

je vous mets un lien d'un article du magazine TOPSANTÉ qui parle du vaccin https://www.topsante.com/medecine/cancers/cancer-du-col-de-l-uterus/vaccin-cancer-du-col-de-l-uterus-age-effets-secondaires-pour-qui-649794