Serena Fae " Aujourd'hui je suis prête à parler du combat que j'ai mené contre l'Anoréxie"

Publié le 16 Sep 2020 à 15h09

L'anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire essentiellement féminin, on estime que seul 1% des hommes sont touchés par la TCA

l’anorexie mentale touche essentiellement les personnes de moins de 25 ans. mais toutes les tranches d’âge peuvent être concer­nées : adultes, personnes âgées ainsi que les enfants (souvent avant leur puberté.)

Bonjour à tous ,

Aujourd’hui, je vous raconte l’histoire de Serena Fae, jeune maman âgée de 30 ans, ancienne figure emblématique du petit écran. La jeune maman est aujourd'hui Educatrice Spécialisée et parallèlement influenceuse où elle partage son quotidien avec une importante communauté bienveillante sur instagram sur le comptehttps://www.instagram.com/serenaf8/?hl=fr://www.instagram.com/serenaf8/?hl=fr

Dans cet arrticle, elle me confie son combat contre l’anorexie qu' elle n’a jamais évoqué publiquement qu’elle a pourtant réussi à vaincre il y a quelques années.

Afin de diffuser un beau message d’espoir et prouver que l’on peut sortir de ce fléau elle est désormais prête à en parler.

C’était il y a 21 ans et lorsque l'on  remonte si loin dans le temps , il est évident de constater que l’Anorexie n’était pas considérée comme une vraie «Maladie «  

Beaucoup de médecins associaient les problèmes de comportements alimentaires à des « caprices comportementaux » ainsi le manque de communication et d’information à ce sujet n’aidait en rien la prise de conscience d’une pathologie grave.

Très jeune les soucis alimentaires de Séréna s’installent et prennent de l’ampleur au point de refuser de s’alimenter totalement, ses parents se rendent vite compte du problème et décident d’emmener leur petite consulter plusieurs pédiatres qui prennent la situation à la légère et pensent que ce sont des « caprices » ils n’ont alors rien à proposer comme solution pour venir en aide à des parents qui se sentent impuissants face au refus de s’alimenter de Séréna , 

 

Jour après jour l’ état de santé de la petite fille se dégrade elle s’affaiblit au point de ne plus pouvoir poursuivre sa scolarité ni même d’avoir la force de poser un pied par terre et de pouvoir sortir de son lit. 

 

Une spirale infernale, qui ne ressemble en rien à une perte d’appétit passagère, Séréna sombre dans la dépression , elle est envahie par des idées noires qui la paralyse

« je n’avais pas envie de me suicider mais j’étais anxieuse de tout et surtout du monde extérieur »

 

 Forcés d’admettre que leur fille était en train de se laisser mourir, les parents de Séréna imposent l’hospitalisation de leur enfant dans un hôpital en Belgique, loin d'imaginer qu' ils ne vont pas être au bout de leur peine,  puisqu‘au lieu d’être confiants et soulagés de la prise en charge de celle ci , ils s’indignent des méthodes graves mises en oeuvre pour sois disant "soigner Séréna",  le constat est réel, l’anorexie n’est pas considérée comme une pathologie à part entière, les infirmières n’ont reçu aucun enseignement, aucune formation pour intervenir sur cette maladie,

 

Séréna se retrouve dans des situations aux méthodes barbares , c’est en allant rendre visite à sa fille qu’un jour sa maman a hurlé  sur les infirmières après les avoir surpris en train de tenir les mains de force de la petite très affaiblie,  pour la forcer à s’alimenter ou encore à la forcer pour qu’elle se lève marcher, souvent, elle se tient au mur pour aller aux toilettes c’est de manière maladroite qu’on la recentre au milieu du couloir en lui demandant d’arrêter de faire des chichis et qu’elle est totalement capable de marcher sans se tenir au mur.

jusqu’au jour où tout le monde étaient forcés d’admettre que les méthodes employées ne fonctionnaient pas. Séréna ne pesait plus que 25 kilos, et en 3 semaines elle avait encore perdu près de 9 kilos, ses parents ont dù de nouveau passer un violent coup de gueule et tirer la sonnette d’alarme. 

 Les médecins ont donc pris la décision de passer à l’étape supérieure; celle de gaver Séréna par sonde pour l’alimenter. 

De longs mois d’hospitalisations interminables où les parents de Séréna ont eux aussi un jour perdu patience en décidant de signer une décharge afin de transférer leur fille dans un autre service plus emphatique et surtout plus à l’ écoute en daignant aller chercher un peu plus loin et en arrêtant d’être en boucle sur cette fameuse phrase qui n’était plus supportable à entendre «  c’est un caprice d’enfant » ,,,,

un enfant de 9 ans ayant une vie normale et équilibrée ne pense pas à vouloir arrêter de s’alimenter comme par enchantement … il fallait la soigner et lui venir en aide et vite.

 

 Gavée par sonde Séréna, sera ensuite gavée par voix orale avec un relai par compléments  alimentaires hypocaloriques ( Clinutren, et d’autres produits hypercaloriques) une bataille longue et difficile qui commençait à enfin laisser place à l’espoirs et l’amélioration ce qui  lui permettra de rentrer chez elle afin de retrouver son nid douillet auprès de ses parents.

Un pas vers l’espoir mais encore un peu tôt pour crier victoire…

 

« Maintenant je veux m’en sortir , je veux en finir avec ce mal qui me ronge et je me sens prête à me battre envers et contre tous ces démons qui me hantent.

 

Consciente de sa maladie,  c’est vers l’âge de 11 ans qu’elle convoque ses parents en leur demandant droit dans les yeux de la faire ré hospitaliser  « Maintenant je veux m’en sortir , je veux en finir avec ce mal qui me ronge et je me sens prête à me battre envers et contre tous ces démons qui me hantent. Le lendemain elle intègre un centre thérapeutique le centre William Lennox à Bruxelles.

« je suis passée par des moments ou certaines épreuves me paraissaient insurmontables,  il m’a fallu des heures; des jours; des semaines pour daigner avaler la moitié d’une cuillère d un bol de soupe , je voulais m’en sortir mais je n’arrivais pas à avoir un deuxième déclic : 

Celui de prendre ma cuillère remplie de soupe , la mettre dans ma bouche et avaler , puis un jour j y suis arrivée après un grand cheminement .

Sur le chemin de ce long combat j’ai rencontré une fille extraordinaire: Vanessa Sarfati qui m a bouleversée, elle aussi anorexique je crois que quelque part son discours m’a aidé à avoir le fameux déclic que j’attendais tant …. peu de temps  après Séréna s’est vu bouleversée d’apprendre le décès de cette jeune femme .

Quelques semaines plus tard , il fallait que Sérena ré intègre les morceaux, en commençant par picorer des micros miettes ,jusqu’au jour où l’odeur de la pizza de sa maman faite avec beaucoup d’amour lui a donné envie de manger et redevenir «  quelqu’un de normal » phrase qu’elle répétait en boucle à ses parents. 

 

Après 18 mois d’hospitalisations dans différents hôpitaux en passant par les soins intensifs elle sort la tête de l’eau, malheureusement , on ne se débarrasse pas facilement de l’anorexie, une fois sortie de l’anorexie mentale , c'est vers une une forme que la jeune fille a basculé : l’anorexie physique.

L’anorexie physique incite à calculer tout ce qu’elle mangeait, son rapport à l’ alimentation restait  très conflictuel 

« j étais suivie par un grand professeur le Pr Serrant   un super pedopsy."

En parallèle, Séréna se réjouissait d’avoir repris le chemin de l école où elle a réussi grâce à beaucoup de travail et de volonté à rattraper son retard et ses lacunes. 

C’est à ses 17 ans qu’elle estime être sortie de son anorexie , au moment où elle s’est sentie revivre

« j’avais retrouvé mon sourire éclatant et plein de vie,  l’envie de danser, rire, chanter et surtout je n’étais plus en guerre avec mon assiette ainsi que les aliments qui se présentaient à moi , elle s’est également concentrée sur le sport qu’elle estime essentiel pour le bien être".

Alors à son tour, elle a eu envie de prendre sa revanche en aidant les autres, en allant livrer son témoignage à des jeunes dans les hôpitaux en leur racontant par où elle est  passée et surtout en leur prouvant que l’on peut guérir de l’anoréxie. 

Peu de temps après, Séréna a démarré sa vie active mais avant cela , elle commence par  faire des shootings qui l’ont beaucoup aidés à accepter et se réconcilier avec son image et progressivement elle observe qu’elle ne fait plus du tout attention à ce qu’elle je mange.

Prête, forte et déterminée;  elle commence les études du métier qu’elle exerce aujourd’hui celui d éducatrice spécialisée «En plus de mes cours je bossais depuis l’âge de 17 ans , j’ai enchainé les boulots, caissière, vendeuse, hôtesse avant de devenir mannequin et de se lancer dans sa première aventure à la télévision »

« Quand j’ai commencé à être exposée sur les écrans beaucoup de personnes soulignaient ma maigreur, je me suis rendue compte que j’étais réellement guérie car aucune des réflexions ou des remarques que je recevais à ce sujet ne pouvaient m’atteindre ni même me blesser » 

 

Aujourd’hui Séréna est heureuse et épanouie et tout lui sourit auprès de son compagnon Guiseppe et de leur petit fille Emy âgée de 6 mois, maman comblée en plus de son métier d’éducatrice spécialisée où chaque jour elle est auprès d’enfants ayant diverses problématiques..

 

 » ce métier j’en ai toujours rêvé …

« Mon métier est difficile et présente parfois des risques mais j’en suis très fière, je n’ai pas de mots assez forts pour expliquer ce que je ressens chaque fois que je vois des enfants évoluer mais aussi et de pouvoir observer le bonheur qu’ils éprouvent  eux même grâce à leurs  progrès.

Merci à toi Séréna de m’avoir confié ton histoire et m’avoir fait confiance , j’ai été étonnée d’en apprendre autant sur ce long et difficile combat que tu as mené et gagné sois fière de toi , ton témoignage aidera plus d’une personne j’en suis convaincue .

Sabrina Perquis

Par Sabrina Perquis

A propos de moi...
Comédienne/Réalisatrice AnimatriceRadio/ChroniqueuseTV Bloggeuse Santé Bien-être Sabrina Perquis est née le 12 mars 1981 en banlieue sud de Paris. Depuis toute petite Sabrina est attirée par le monde de la comédie et de la beauté. Dès l’âge de 3 ans, elle participe à de nombreuses émissions TV, Presses, Radio...
A votre santé sur VL