Le quotidien d'un pompier face au coronavirus

Publié le 13 Apr 2020 à 22h33

 

"Ce virus est imprévisible

Bonjour à tous , 

Alors que le président de la république a annoncé hier soir, une prolongation jusqu’au 11 mai minimum de ce confinement lié à la crise sanitaire de l'épidémie de Covid-19. et que nous devons tous rester mobilisés pour sauver des vies, en respectant les règles :

Ne pas sortir de chez nous.

Nous nous devons de continuer de soutenir nos héros du quotidien.

Parmi eux les pompiers,dont j'avais envie de parler aujourd'hui , qui sont eux aussi en première ligne depuis le début ….
Samedi soir nous avons eu connaissance du décès  
d’ Olivier Lugand, 58 ans, cet infirmier et pompier volontaire du groupement territorial de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) a succombé au coronavirus, 

Afin de mieux comprendre le quotidien des pompiers et comment ils vivent la situation  j’ai eu la chance de pouvoir m’entretenir avec Thomas C, 27 ans, militaire de la principauté  de Monaco soit l’ équivalent de pompier de paris.…

C’est début janvier , en apprenant la situation à Wuhan que les pompiers ont été informés de l’existence d’un méchant virus dont personne ne connait vraiment les caractéristiques ni l’ampleur de la gravité.

La vigilance est alors requise quand à l’arrivée potentiel de ce virus en Europe.  

Face au manque d’informations et à la méconnaissance totale du covid 19,  les premières consignes sont assez minimalistes. Il s’agit dans un premier temps pour les pompiers et autres personnels médicaux d’interroger les personnes suspicieuses de symptômes : - Avez vous voyagé ?- Dans quel pays ?- À quelle période ? 

Par la suite les choses ont prit une ampleur plus conséquente et comme partout chez les pompiers les mots les plus prononcés et entendus sont Corona , malades, contagion, gravité , urgence  et mort.

Dans les casernes, un important dispositif est ensuite mis en place, rappelons que ce sont eux qui sont le plus souvent sollicités pour tous types d’interventions, par réflexe et par habitude car se sont eux qui arrivent le plus rapidement. 

« Après un bilan complet , si la personne présente une détresse vitale nous faisons intervenir Le Smur (Samu) »

La majeure partie des appels sont liés au corona virus .

Un protocole et un important dispositif pour les suspicions de covid 19 
parmi les véhicules dont disposent les pompiers; deux sont entièrement réservés et équipés pour les patients potentiellement touchés par le coronavirus, avec des sas de protection.  

Il est nécéssaire d’équiper les personnes prises en charge de gants et masque, ces derniers doivent répondre aux questions liées aux symptômes du covid  ( fièvre , problèmes respiratoires , courbatures , diarrhées …)

Pour les pompiers Une combinaison ainsi que des lunettes de protection, un masque, des gants ( deux paires)  .
Les personnes sont ensuite transportées à l‘hôpital de Monaco qui est l’hôpital de secteur et les consignes sont bien strictes afin de respecter et de ne pas éparpiller les patients covid 19.
Après chaque intervention, les véhicules sont nettoyés de fond en comble, une personne est en charge de venir retirer tous les vêtements potentiellement contaminés des intervenants.

À la question , comment arrivez vous à gérer tout cela et qu’est ce qui vous choque le plus ?

« En tant que pompier, je ne peux pas me plaindre là où j exerce, contrairement à d’autres casernes, nous sommes bien équipés par conséquent bien protégés et moins confrontés au risque de contracter le virus.

À Monaco, les gens respectent le confinement, la ville est sous surveillance et tout le monde est bien conscient de la responsabilité et de sa mission pour protéger au maximum la population,

Ce qui me choque le plus c’est le climat anxiogène général du pays qui a un impact sur nos interventions  à force d’entendre les nombres de cas, de personnes hospitalisées, le nombre de personnes en réanimation et malheureusement le nombre de morts, les gens ont peur et quand ils sont malades certains ne nous livrent pas toutes les informations dont nous avons besoin pour notre diagnostique en se comportant avec une forme de déni par peur de figurer parmi les victimes du covid 19.

Et ça c’est dangereux ! Pour nous professionnels mais aussi pour eux, un tel comportement met tout le monde en danger  il ne faut pas avoir peur ni avoir honte d’avoir contracté le virus et plus tôt il sera traité mieux il sera pris en charge.

« On m’a déjà demandé :  Que va t-il se passer pour moi ? »

Bien que nous mettons tout en oeuvre pour tenter de rassurer les gens, c’est compliqué de rassurer sur un virus qu’on ne connait pas et où chacun réagit différemment à la maladie, selon le métabolisme, et les antécédents.
« si on diffusait une video où on intube les gens ça serait un électrochoc pour tous. » 

À l’heure actuelle il y a deux dangers :
- Le non respect du confinement de la population 
- et ce virus que personne ne contrôle, il faut comprendre que c’est un virus imprévisible et c’est là que c’est inquiétant, on peut observer une personne qui ne va pas très bien, alors que le lendemain on notera un mieux et parfois le surlendemain c’est la catastrophe. » 

En demandant à Thomas comment à titre personnel il arrivait à gérer cette période de confinement, il m’a répondu humblement que son métier est de sauver des vies et qu’il l’a choisi.  Mais également qu’il reste humain avec des sentiments, que le confinement l’empêche lui aussi de voir ses proches, sa famille et surtout la femme qu’il aime, Marianne.

 

"Le courage est le prix que la vie exige pour accorder la paix"

Encore bravo et merci à  ces héros du quotidien , restons solidaires et restons chez nous = PRENEZ SOIN DE VOUS

 
Sabrina Perquis

Par Sabrina Perquis

A propos de moi...
Comédienne/Réalisatrice AnimatriceRadio/ChroniqueuseTV Bloggeuse Santé Bien-être Sabrina Perquis est née le 12 mars 1981 en banlieue sud de Paris. Depuis toute petite Sabrina est attirée par le monde de la comédie et de la beauté. Dès l’âge de 3 ans, elle participe à de nombreuses émissions TV, Presses, Radio...
A votre santé sur VL